Naissance de Sylvain

Naissance de Sylvain, lundi 27 février 2017 à 20h23
La semaine précédent sa naissance, j'ai été malade pendant 2 jours, l'occasion de vraiment lâcher sur les dernières petites tâches routinières que j'avais gardées: aller chercher les enfants à l'école, faire les allers-retours aux activités, le fonctionnement de la maison... Mon corps m'envoyait un message pour dire "stop, ça y est, c'est suffisant", Thomas a pu prendre le relai car justement il terminait aussi une phase très chargée pour son travail. Mes humeurs étaient aussi très changeantes, la veille nous étions invités chez des amis et nous avons décliné car l'énergie n'était pas là, nous avons au contraire passé la journée du dimanche à dormir de pièce en pièce, du salon à la chambre, même avec les enfants....

Lundi matin, je suis en forme, je décide d'aller à l'atelier de portage que proposait une amie, c'est aussi mon anniversaire, il fait beau, tout va bien. Quand je rentre à midi, on mange ensemble avec Thomas, l'après-midi je me repose, j'observe mon jardin, j'entends les oiseaux, et je me dis que pendant cette grossesse j'aurais vraiment été dans la contemplation ;-) J'ai passé beaucoup de temps à regarder mon jardin, à m'écouter, intérieurement, à être juste là, dans l'instant. Quand arrive l'heure d'aller chercher les enfants, voyant que Thomas est en retard, je me prépare et propose d'y aller. Finalement il part, donc je retourne tranquillement sur mon canapé, reprendre mon activité d'observation et d'écoute des oiseaux du jardin :-)

À 17h, les enfants reviennent de l'école, je les vois arriver par le jardin... Au portail de l'école, ils ont tout de suite demandé à leur papa "le bb est né?" pourtant ils savent que le terme est le 11 mars, même si ce matin on en parlait et je disais que "ça pouvait arriver cette semaine ou la suivante".... D'ailleurs ce matin là, nous avons dis à Elena quels étaient les prénoms choisis pour le bébé, si c'était une fille ou un garçon...!

Retour au présent, les enfants jouent dans le jardin en arrivant, Elena vient me voir et me donne 2 pâquerettes cueillies dans le jardin... et là je sens un petit liquide qui s'écoule de mon vagin.... ah tiens...? Je me relève pour m'assoir, et là beaucoup plus de liquide! Je souris, surprise, et en allant aux toilettes je dis à Thomas que je crois bien avoir perdu les eaux -c'est la première fois que ça m'arrive sur les 3 accouchements! Je sens que l'écoulement se fait non stop, du coup bêtement je me sens coincée sur les toilettes, jusqu'à ce que enfin je pense à mettre une protection pour sortir... Les enfants continuent de jouer, entrent et viennent dans la maison, Jérémie demande "alors on fait l'anniversaire de maman? il est où le gâteau, les cadeaux? ...
" Petit temps de réflexion avec Thomas, et puis on se dit que ce sera mieux de remettre mon anniversaire à demain :-) et que ce serait préférable d'accompagner les enfants chez Gaétane! Gaétane qui en plus ce soir là est rentrée beaucoup plus tôt que d'habitude! Donc les enfants finissent tranquillement de goûter, Thomas descend leurs sacs, ils se choisissent un doudou et sont ravis d'aller dormir chez Lothaire et Héloïse!! Je n'ai pas beaucoup de contractions encore donc je suis ravie de les emmener moi-même à coté, tranquillement, ça me permet de voir Gaétane, qui est émue pour moi. Je ne réalise pas complètement ce qui m'arrive et je lui dis "j'espère que c'est le bon choix, que je ne t'amène pas les enfants pour rien" et elle me répond de sa voix toute calme, "qu'en général quand on perd les eaux on va à la maternité, donc oui tu fais le bon choix :-)"
oui, c'est vrai, elle a raison, ça me rassure. De retour dans mon salon, Thomas s'est activé à préparer la chambre (bâches et alèses sous le drap housse, rangement, monter les chauffages, et même aspirateur je crois; ces derniers jours il a été très maniaque sur la propreté de la maison!), nous restons encore dans le salon tous les deux, la porte-fenêtre toujours ouverte pour rester au contact des oiseaux, je suis assise sur le ballon, je fais des mouvements de l'infini tranquillement et sereinement, j'accueille chaque contraction avec le mouvement et je la laisse s'en aller avec le sourire, je suis bien. Nous écoutons ma musique de Noa, chanteuse israélienne qui m'accompagne depuis la grossesse d'Elena, ses mots me relient à la puissance du féminin et à la mise au monde de nos enfants, notre devenir mère, commun. On est surpris tous les deux de cette sérénité qui nous anime, on se dit qu'on a bien fait d'accompagner les enfants à côté, leur excitation ne nous aurait pas permis d'être tant dans notre bulle tous les deux. Ce bébé nous laisse du temps pour préparer son arrivée, pour l'accueillir dans le calme et l'amour, c'est évident et stupéfiant. Les contractions sont toujours si "faciles", l'humour et la joie sont toujours là entre Thomas et moi et je me mets à dire et à penser que si ça continue comme ça cet accouchement va juste être au top, trop facile! (bon j'ai parlé trop vite, la suite va se corser évidemment!) Le jour commence à baisser et je décide donc de monter dans la chambre, Thomas prend avec nous le ballon et la musique. Il est 19h, on hésite à rappeler Julia, on ne veut pas la faire venir trop tôt, mais on sait aussi que les choses peuvent s'accélérer, donc finalement thomas la rappelle, elle dit qu'elle arrive. Progressivement, les contractions se rapprochent et s'intensifient, toujours gérables, je suis à 4 pattes au bout de mon lit, qui me sert de support, ainsi que Thomas qui est assis sur le ballon en face de moi. Je sens que mon bassin commence à s'ouvrir et je pense que j'attends la présence de Julia pour le laisser vraiment s'ouvrir. Je sens un inconfort dans le bas ventre, je me demande si ma position est bonne mais je ne vois pas comment faire autrement donc j'accompagne - du mieux que je peux...
je laisse aller en tout cas. Thomas guette l'arrivée de Julia, et la voilà, il est trop content! On voulait tellement être accompagnés et voilà c'est sûr, elle est là, c'est chouette. Julia monte discrètement ses affaires près de la chambre, s'installe à côté de nous, assise par terre et accompagne mes sons de ses OMs très calmes et sereins, ça me fait du bien, ça me rassure, comme des sons qui me guident sur un chemin. À la fin d'une contraction, elle écoute le cœur du bébé, et alors qu'il avait tout le temps le dos à gauche ces derniers mois elle me dit qu'il est à droite, et là je me dis ben mince, alors il va faire les 3/4 de tour dans le bassin avant de sortir? Le rythme cardiaque indiqué est lent mais on n'est pas inquiet car on entend au son que tout va bien, Julia nous le confirme d'ailleurs. Les quelques contractions qui suivent sont fortes mais ça va quand même, par contre je repense à cette histoire de 3/4 de tour et entre 2, je dis à Julia "mais tu crois que ça va être encore long là alors?" Je ne me rappelle plus vraiment de sa réponse mais ça voulait dire "reste confiante, tout va bien, ton bébé arrive". Les contractions qui suivent sont alors plus fortes, je suis surprise d'une telle intensité. Mon corps se penche vers l'avant, comme si je voulais sortir de ce corps, les sons de mes "A" très forts, très puissants me surprennent...
et puis pendant la contraction j'entends toujours la voix rassurante de Julia qui m'invite à détendre mes tissus, j'essaie alors de "revenir" dans mon corps, dans mon centre, je visualise mes ligaments, j'y place la volonté de les détendre, je ne sais pas si j'arrive, j'essaie d'accompagner avec un son plus grave, plus vers mon centre, vers la terre...
Les suivantes seront aussi fortes ou plus, et j'accompagne les "A" de "oui" très fort, car je sais que mon bébé est là, Julia me guide "Il va sortir sa tête. Il sort sa tête. Il va sortir tout le reste du corps" Ses mots rythment mon ressenti et - j'entends alors le son de mon bébé! C'est magique, c'est magnifique, il est là! Julia qui était restée à côté tout le long, sans jamais intervenir, sans rien faire du tout, est venue tout aussi discrètement le réceptionner et le déposer sur le beau gros coussin qui était là devant moi. Je le regarde, je le trouve si beau, si petit, si crevette (en fait il fait quand même 3kg720, mais c'est quand même le plus petit poids des 3 à la naissance;) mais aussi le plus grand: 54 cm!) Je le couvre d'une serviette éponge, Thomas est passé derrière moi, je prends Sylvain contre moi et je dis "merci, merci, merci" je ne sais pas combien de fois. On est là tous les 3, ce moment est inoubliable. Je sens tellement de gratitude en moi pour sa belle arrivée, sa présence parmi nous, en vie, en santé, je suis si heureuse.

Le placenta sortira tranquillement au son du carillon de Julia, il s'est décollé, est resté dans mon vagin et a fini par sortir en l'incitant un peu avec le cordon. Julia nous informe que Sylvain avait 2 tours de cordon autour du cou; cela n'a pas posé de soucis, elle a attendu qu'il sorte et lui a retiré le cordon comme on enlève une écharpe. J'ai eu une petite déchirure qui n'a pas nécessité de points. Chouette, j'ai apprécié pour le post-partum de ne pas avoir de point. Les saignements se sont très vite arrêtés, au bout de qq jours déjà; les tranchées sont passées quasiment inaperçues....
J'appréhendais le post-partum et finalement c'était assez facile, je ne pensais pas être surprise de l'intensité de l'accouchement - sur un 3ème que peut- il y avoir de nouveau, et le yoga m'accompagne tellement? Et bien si bien sûr! Pour Elena tout était nouveau, pour Jérémie j'ai reconnu toutes les sensations de la naissance d'Elena en accéléré, avec en plus cette sensation de brûlure au niveau du périnée; cette fois, pas de brûlure, mais une telle intensité qui m'a clairement dépassée....
3 accouchements assez semblables finalement, mais avec chacun leurs particularités et leurs surprises. Le yoga m'a accompagné pendant toutes mes grossesses, pour Elena, j'étais sur un chemin complètement nouveau pour moi, dans un pays qui n'était pas le mien, comprendre le fonctionnement du corps.... J'ai aimé observer et contempler l'eau également, la nuit particulièrement, ce canal qui passait juste en dessous de chez nous... Sur ma seconde grossesse, pour Jérémie, le retour vers soi, nettoyage intérieur pour se libérer de ses peurs, aller vers et assumer le choix de l'accouchement à domicile, et la puissance du son lors de l'accouchement ont été des moments forts...
Et cette fois, j'ai l'impression que ces perceptions se sont un peu plus affinées encore. D'un point de vue physique déjà, pour bien me sentir dans mon corps, dans mon bassin. Deux séances d'ostéo m'ont fait beaucoup de bien également et m'ont permis de mieux comprendre encore certaines postures & respirations. Et puis, j'ai revisité des postures autrement, avec un autre ressenti. Et je me suis laissée guidée sur un nouveau chemin, sans doute encore un peu plus spirituel. La présence d'une deuxième poche à la conception, qui n'a pas été fécondée, m'a permis de rencontrer sur les conseils d'Hélène, Ophélie une sage-femme très particulière qui dès le début de ma grossesse m'a permis de reprendre confiance en mon corps et en mon bébé. Et d'inviter la Joie! Aujourd'hui encore je me replonge dans cet infiniment grand, cette grande histoire de l'Univers qui fait que tu es là Sylvain, petit être de la Nature et des Arbres.

Tu as ta place avec nous, être 5 avec toi semble si évident. Elena est émerveillée chaque fois qu'elle te regarde, Jérémie est heureux, doux et tendre avec toi, ton papa et moi on est rempli de bonheur à un point que l'on ne peut pas imaginer, toi tu es là calme et serein - un si beau cadeau de la Vie. Merci merci merci



Capture-11.56.04